Ideesconseils
- 30 -

Ouvrir une franchise de pompes funèbres : ce qu'il faut savoir

Certains entrepreneurs préfèrent ouvrir une franchise de pompes funèbres, car cela semble plus facile et répond davantage au besoin du marché funérailles d’aujourd’hui. Les avantages d'une franchise incluent le soutien opérationnel et marketing, la valeur de la marque et des antécédents éprouvés. Cependant, même les franchisés ont besoin de temps pour une meilleure planification. Pour vous aider, voici quelques informations que vous devriez savoir à propos d’une franchise de pompes funèbres.

Faites vos recherches initiales

La première étape lorsque vous souhaitez ouvrir une franchise de pompe funèbre consiste à en apprendre davantage sur le franchisage en général, notamment sur son fonctionnement, ses attentes et la sélection de toutes les options disponibles. Il est très indispensable de connaître tous les détails sur les conditions générales de franchise.

Savoir le frais lié à l’ouverture d’une franchise funéraire en France?


D’abord vous devriez payer un droit d’entrée de 17000 €. Vous devriez aussi être en mesure de contribuer un apport personnel de 50 000 € qui peut être complété par un prêt bancaire afin d'assurer un investissement global de 150 000 € en moyenne (cela ne comprend pas les coûts liés aux locaux). Tout au long de l'opération, la maison funéraire française vous facturera 3% de son chiffre d'affaires annuel, hors taxes qui correspond au taux d'exploitation, en échange des avantages forts associés à l'exploitation du concept commercial.


Quelle est la facturation d'une Agence française de services funéraires?


Si le concept est appliqué dans les conditions prévues par la maison funéraire française, il peut viser un chiffre d'affaires annuel de 320 000 € comme chiffre indicatif. Vous pouvez comparer ce chiffre avec d'autres réseaux comparables placés dans le secteur des funérailles.


Quelle est la rentabilité de la franchise funéraire française?


Il existe plusieurs façons d'évaluer la longévité du projet. Bien sûr, principalement en raison des indicateurs financiers purement comptables. L’ancienneté du concept compte aussi ainsi que les nombres de points de vente et l’évolution du concept commercial.